Kit de découverte

CA Y EST !!! Le kit de découverte d’Emysfer est là !!! Vous pouvez enfin vous faire une petite idée du jeu !

N’hésitez pas à me contacter si vous apercevez une coquille dans le texte ou si vous avec la moindre remarque, je me ferai une joie de vous répondre.

Cela dit, trêve de parlotte, pour l’avoir c’est par ici :

Emysfer-Kit-de-decouverte

Ou par ici :

Emysfer-Kit-de-decouverte

La fiche de personnage vierge (format livret 16*24)

Fiche de personnage

 

Amusez-vous bien !

La connaissance

cropped-couverture_emysfer_site.jpg

Dans Emysfer – Le jeu de rôle, la connaissance est une donnée très importante pour les personnages des joueurs. Elle peut drastiquement changer les rapports de force dans les affrontement, débloquer des situations etc… Les érudits ont donc parfaitement leur place dans ce monde dangereux.

En effet, imaginez qu’un groupe de personnage soit en face d’un énorme prédateur affamé, vous conviendrait qu’il peut être utile de savoir qu’il a peur des sons aigus, d’une odeur particulière ou de l’eau. Cette simple donnée peut ainsi transformer une mort certaine en petit obstacle à éviter.

Pour connaitre le degré de connaissance d’un personnage sur un sujet, on va faire un test de connaissance en utilisant la mécanique de jeu standard et regarder, en fonction de la marge de réussite quelles sont les informations qu’il a.

Ces informations se présentent sous la forme d’une échelle de connaissance, de la manière suivante( les amplitudes sont indicatives):

0/ infos disponibles avec une marge de 0(égalité)

1-3/ infos disponibles avec une marge entre 1 et 3

4-5/ infos disponibles avec une marge entre 4 et 5

6+/ infos disponibles avec une marge supérieure ou égale à 6

Les descriptions des animaux, plantes, champignons, environnements, personnages importants etc.. sont tous sous cette forme ce qui permet aisément de savoir ce que connaît le personnage.

Maquette des livres

Même si ce n’est pas la priorité, il est important pour ma motivation d’avoir une idée de l’apparence future des livres dont j’écris le texte, je travaille donc un peu sur la maquette, en voici un aperçu.

Notez le rappel du calendrier en bas de page qui sert aussi bien de pense-bête que d’élément graphique.

Exemple_maquette.jpg

Complexité et effets dramatiques

Une des spécificités du système de jeu d’Emysfer est qu’il est à complexité modulable c’est à dire que selon la situation, on peut utiliser une résolution d’action allant de très simple à complexe.

Ce qui pilote la complexité, c’est l’intensité dramatique, ou plutôt devrais-je dire qu’elles sont en symbiose, s’influençant l’une l’autre. Concrètement qu’est-ce que cela veut dire?

Dans de nombreux jeux de rôle, on a 3 cas:

  • Les actions sans enjeu particulier: on ne lance pas de dés, le MJ décide ce qui réussit ou pas.
  • Les actions avec un enjeu « normal »: on lance les dés et on utilise la mécanique de résolution normale du jeu
  • Les actions catégorisées à l’avance comme ayant un enjeu fort(combat en général): quelques options sont ajoutées.

On retrouve bien sur ces catégories dans Emysfer mais aussi d’autres

  • Les actions avec petit enjeu: on compare directement les modificateurs qui entrent en compte sans jeter les dés.
  • Les différents types d’enjeu: on adapte les différents paramètre pour avoir l’effet  voulu.

C’est surtout cette deuxième catégorie qui va nous intéresser. Le MJ, en fonction de la situation va pouvoir piocher dans les différents paramètres d’action possibles afin d’agrémenter ses actions et leur donner un effet dramatique. En gros il va moduler les paramètres en fonction de ce qu’il veut que les joueurs ressentent.
Rien de mieux que quelques exemples pour comprendre.

  • Le MJ veut donner un coté « survie » et/ou « gros risque » à l’action: il introduit des échecs critiques.
  • Le MJ veut donner un coté épique à l’action avec des effets secondaires possiblement impressionnants: Il introduit des réussites critiques.
  • Le MJ veut augmenter le suspense et la tension narrative en faisant durer l’action: Il introduit l' »adversité » avec les points de progression, l’action s’étale ainsi sur plusieurs tours.
  • etc…

Bien entendu, le MJ peut mélanger tout ça et combiner les effets.

On ne peut donc pas dire que le système favorise l’épique, ou la survie ou autre. Il s’adapte au contexte et peut donc changer selon les situations.

Cela étant dit, le système d’Emysfer n’est qu’une implémentation particulière d’un système générique maison (appelé SymbioT pour le moment) et donc des choix ont été faits qui orientent l’ambiance générale (comme le faible nombre de points de vie par rapport aux dégâts que peuvent subir les personnages ou la gestion « libre » de la magie par exemple).